cover
13 Sep

L’art de devenir artiste

Le métier d’artiste existe-t-il toujours ? Qu’entend-t-on par artiste de nos jours ? Toutes les réponses dans notre article.

Se créer une palette de compétences variées

Qui prévoit encore de faire le même métier toute sa vie aujourd’hui ? Une multitude de talents sortent d’école, de stage intensif, se lancent désespérément à la recherche de leur premier job et se retrouvent confrontés au fameux « première expérience exigée ».

A la longue, certains en viennent à modifier leur trajectoire professionnelle. Nombreux sont ceux qui vont tester de nouvelles expériences, plus ou moins enrichissantes, afin de disposer de plusieurs cordes à leurs arcs. Ils vont ainsi passer de l’assistant distributeur de café à l’assistant photographe par intérim, profiter de toutes les opportunités pour se faire un réseau et évoluer le plus rapidement possible. Telle est la nouvelle destinée des jeunes talents les plus motivés.
Il est essentiel de comprendre que lorsqu’on décide de s’investir dans le domaine artistique, il faut devenir un vrai couteau-suisse afin de constamment savoir manier les Arts, à la perfection.

L’acteur doit savoir aussi bien chanter que danser. Le mannequin doit savoir aussi bien trouver la pose, que se sublimer en photo sur Lightroom. Le figurant n’est plus cette image statique à la caméra : il doit savoir jouer.
Imaginez un réalisateur. Chaque personne occupant ce métier vous dira qu’il a plusieurs casquettes : psychologue/pédagogue, cadreur/caméraman, scénariste, gestionnaire de projet, certains le vois même père/mère de famille… En un mot, c’est à vous de trouver le moyen d’élargir votre palette et de devenir un artiste à part entière.  

Une success story, inspirante : Bradley Cooper

En parlant d’artiste versatile, penchons-nous sur la prestation de Bradley Cooper dans « A Star is Born ». Un film qu’il a d’ailleurs réalisé lui-même. Vous vous doutiez vous, que Bradley Cooper était capable d’enflammer une salle de concert telle une vraie rockstar ? Tout en gardant son costume de chanteur névrosé. Lors de la scène du concert en duo, il tient même la note à Lady Gaga sur « Shallow ». Les uns parleront de talent, et ils auront sûrement raison. Mais il y a une part de travail intense et de curiosité du métier qui permet finalement à n’importe quel artiste de relever ce genre de défi. Encore faut-il réellement se donner les moyens et Bradley Cooper est un bon exemple d’un artiste qui sait se donner les moyens.

Plus jeune, il enchaîne les petits rôles dans de nombreuses productions télévisées mais ne parvient pas à percer dans le métier. En 2001, la chance semble lui sourire enfin lorsqu’il décroche le rôle de « Will Tippin » dans la série Alias aux côtés de Jennifer Garner. C’est ainsi que le cinéma lui ouvre peu à peu ses portes. Il débute dans le film Wet Hot American Summer puis enchaîne avec Serial Noceurs en 2005. C’est Very Bad Trip, qui va le propulser au rang international en 2009. Sa gueule d’ange a sans nul doute participé au succès commercial du film, dont il deviendra le personnage phare de la saga. Au final, il aura supporté presque 15 ans de mini-rôles dans des « sitcom » avant de rentrer dans la cours des acteurs les plus bankables d’Hollywood.

Pour devenir l’artiste qu’il est aujourd’hui, il a dû passer par plusieurs chemins : figurant, acteur secondaire, acteur principal comique à succès, il a également doubler des voix. Il a aussi connu des échecs,  comme  l’annulation de la diffusion de sa propre série. Explorer tous les angles de son univers lui a permis de mieux comprendre toutes les facettes de son métier pour enfin réaliser son rêve.

Ce qui compte ce n’est pas la chute…

Coco Chanel était chanteuse dans un cabaret-concert, avant d’être couseuse et de monter « Chanel Modes ».
Jacques Chirac a été livreur de pizza, avant de devenir créateur de l’UMP. Serge Gainsbourg a plus composer des tubes d’artistes qu’il en a chanté pour lui. Il ne suffit pas d’être talentueux pour être un artiste.

Il faut explorer, être curieux car au final « ce qui compte c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ».

Retour